Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marie Taubira
  • : Je suis Président du CRAPAG (Cercle de Réflexion et d'Action pour l'Avenir de la Guyane), Depuis le 10/12/2008, je suis le Secrétaire Général du Parti Progressiste Guyanais (PPG). Mon ambition est l'élévation de la conscience collective
  • Contact

Recherche

19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 09:54
Chers blogueurs,

Je souhaite vous faire partager ma profonde conviction en ce moment où le Président de la République Française a fixé le référendum sur l'avenir de la Guyane au 17 janvier 2010. Ainsi, je vous invite à prendre connaissance de mon discours soit sur mon blog de médiapart, soit soit sur le site de notre parti.

Partager cet article

Repost0

commentaires

sololya 26/10/2009 16:54


M. Taubira,

J'ai parcouru votre blog de long en large, en prêtant particulièrement attention aux articles traitant de l'évolution statutaire et je peux le dire grâce à vous, j'y vois un peu plus clair.

De mon côté j'essaie de créer un blog "impartial" apportant quelques informations nécessaires à nos concitoyens afin qu'ils puissent prendre leur décision le 17 janvier en toute connaissance de
cause.

Je déplore la partialité des médias, concernant la question de l'évolution statutaire, qui ont pleinement pris parti pour l'article 74. La collusion entre pouvoir politique et pouvoir médiatique
n'est jamais une bonne chose, et cela l'est encore moins dans une République.
"Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous puissiez les exprimer" disait Voltaire, je trouve que c'est le fondement même d'une société qui se veut démocratique et
libre.

Si vous partagez ce principe d’équité votre aide serait la bienvenue pour parfaire le blog : http://evolution-statutaire-973.skyrock.com/
Cordialement,

Sololya


Jean-Marie Taubira 27/10/2009 12:19



Bonjour SOLOLYA,

Merci pour la visite du blog.Merci également pour votre commentaire rationnel duquel on appréhende toute votre tempérance. Je crois avec vous que les média doivent contribuer à développer
l'esprit d'analyse pour favoriser les échanges constructifs, pour bâtir une vraie démocratie. Celle qui permet la tolérance, celle qui permet la justesse des propos, celle qui permet le respect
des uns et des autres, celle qui permet la liberté absolue de conscience. Je retiens votre proposition et je me rendrai sur votre blog pour participer à la maturation de la problématique relative
à l'évolution instituttionnelle. Sous cet angle là, je dis vive internet. Comme tous les outils lorsqu'il est mal utilisé il donne de mauvais résultat. Par contre, si l'on en fait un bon usage,
il élève la conscience tant individuelle que collective. Nous devons nous battre pour que collectivement la société aille bien. C'est ainsi qu'individuellement nous pourrons plus facilement nous
épanouir en fonction des valeurs que nous épousons.
Bonne journée.



Nayla 21/10/2009 19:22


Qui n'a pas entendu le tumulte, le brouhaha que font les élus et autres politiciens sur l'application ou non de l'article 74. Une série de débat, de propagante pour l'un ou pour l'autre.

A force d'entendre tout ce bruit, j'en suis venue à me demander "Mais de quoi parlent-ils?!" Le plus étonnant c'est qu'en discutant avec quelques amis je me suis rendu compte que je n'étais pas la
seule à avoir cette perception des choses. Je prenais tout cela pour une série de discussion inerte qui de toute façon se une décision allant à l'encontre de l'intéret général.
En apprenant qu'il y aurait un référendum je me suis décidée et j'ai tapé sur un moteur de recherche "article 74". J'en ai profité pour m'informer sur l'article 73, car bien que sachant qu'il
s'agit de l'article en vigueur, je ne m'y étais jamais attardée. Au terme de ma lecture, certaines expressions m'ont interpelé, notamment celles utilisées dans l'article 73. A savoir la possibilité
d'adapter la loi et les règlements. Je me souviens de mes cours de français où nous apprenions la différence entre pouvoir et devoir, entre la possibilité et l'obligation.
Il n'y a aucune obligation pour qu'une loi ou in règlement soit adapté en fonction des caractéristique du département ou de la Région, bien que celle ci se trouve à 8000 km de l'Hexagone, bien que
le taux de chômage soit largement supérieur à celui de l'Hexagone, bien que la structure économique et sociale soit différente, bien que nous soyons plus proche des pays en voie de développement
que des pays développés.
Cela signifie qu'une loi favorable au système français de l'Hexagone mais défavorable à la Guyane PEUT nous être imposer malgré l'opposition des représentants de la collectivité, élus au suffrage
universel.

La possibilité d'adaptation n'est pas le devoir d'adaptation, je saisie la nuance.

De l'article 74 je ne retiens qu'une chose:
"Les collectivités d'outre mer régies par le présent article ont un statut qui TIENT COMPTE DES INTERETS PROPRES DE CHACUNES D'ELLES AU SEIN DE LA REPUBLIQUE"

Là je retrouve le devoir d'adaptation, le principe de reconnaissance des peuples.

l'APPARTENANCE A UNE NATION N'EST PAS LA NEGATION DE SES PARTICULARITES, MAIS LA RECONNAISSANCES DE CELLES CI POUR AGIR DANS UN BUT COMMUN.


Jean-Marie Taubira 22/10/2009 12:23



Bonjour Nayla,

Je trouve votre démarche d'aller à la source des informations est excellente. Je vous le dis en toute sincérité car je ne suis pas un flatteur. J'aimerais que les Guyanais et tous ceux qui aiment
la Guyane s'inspirent de l'attitude des français de l'hexagone lorsqu'il a fallu voter pour le réferendum sur le traité constitutionnel. Comme ils ne comprenaient pas grand chose à côté de la
propagande, ils se sont instruits eux-même sur le contenu et sur la portée du traité. La Guyane est à un tournant de son histoire. Elle n'appartient à aucune génération particulière mais à toutes
les générations et particulièrement aux enfants à naître. Notre choix est capital et il est surtout fondamental pour ceux qui viennent. C'est pour cela que je considère qu'il importe de bien
sérier les problèmes. Nous aurons à choisir un système et non ceux qui vont diriger le système. Il est donc important de bien faire la distinction. Je crois profondément que c'est l'article 74
qui est le plus à même de répondre à notre avenir, de nous permettre de tracer notre futur et d'avoir un minimum d'emprise sur notre destin. Si vous avez des amis, des connaissances, invitez-les
à utiliser la même démarche que vous c'est à dire, allez chercher l'information à la source et de l'analyser avec un esprit critique pour bien prendre toute sa mesure. Il faut qu'on comprenne
qu'il y a la nourriture du ventre que sont les aliments et la nourriture de l'esprit que sont le savoir et la connaissance. Pour les deux, nous devons adopter la même posture. Autrement dit si
nous ne demandons à personne de manger pour nous, nous devons nous-même nous nourrir du savoir et de la connaissance. Par contre, permettez-moi d'attirer votre attention sur l'article 73. Il
s'agit d'un système par assimilation appelé l'identité législative. Autrement dit, toutes les lois qui sont votées pour l'hexagone s'appliquent automatiquement aux départements d'outre-mer. Pour
que cela ne soit pas le cas il faut que dans la loi il soit précisé sauf pour les départements d'outremer. D'autre part, dans l'article 74 le problème identitaire n'est pas posé en termes
législatifs ou règlementaires. Cela relève des compétences régaliennes de l'Etat. Sur ce plan, il n'y a pas de distinction à faire entre le 73 et le 74. Dans l'hexagone il y a les Bretons, les
Corses, les Basques etc.