Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marie Taubira
  • : Je suis Président du CRAPAG (Cercle de Réflexion et d'Action pour l'Avenir de la Guyane), Depuis le 10/12/2008, je suis le Secrétaire Général du Parti Progressiste Guyanais (PPG). Mon ambition est l'élévation de la conscience collective
  • Contact

Recherche

26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 00:47

La Guyane, hormis constitutionnellement, n’est vraiment pas un département français. Ce qui s’y passe ne le serait dans aucun département de l’Hexagone. A quand une réelle expertise suivie d’effets sur ce territoire si riche et qui rapporte tant à la France Hexagonale ? Comment n’arrive t-on pas à déceler les goulets d’étranglement qui nuisent à son développement ? Il est difficile de voir une volonté politique d’organiser cette société comme dans l’Hexagone, c'est-à-dire dans le respect de la République et de la démocratie. La Guyane n’a pas inventé la corruption…Elle n’est pas l’unique refuge des corrompus et des corrupteurs…Elle n’est pas l’unique espace des absurdités… Comment se fait-il qu’elle soit si spécifique au gré de ceux qui veulent la diriger?

 

La Guyane voit ses ressources naturelles pillées, particulièrement les ressources minières, mais également ses ressources halieutiques, spoliées, entre autres les ressources pétrolifères  etc. etc. En ce qui concerne le pillage des ressources minières, l’une des raisons essentielles est qu’il y a de la vie en forêt en marge des règles de la société. Quasiment des villages se créent. Il est donc absurde de maintenir sur le littoral, pratiquement la quasi-totalité de la population, ce qui laisse à penser que le pillage n’est pas un préjudice pour tout le monde. Une répartition de la population vers l’intérieur favoriserait une urbanisation plus intelligente de l’ensemble du territoire.

 

L’Etat détient dans son domaine privé la quasi-totalité des terres. La confiscation de ce patrimoine s’est faite sur la base déconcertante de « terre sans maître ». Or, nul n’ignore que les Amérindiens et les Bushinengués ont une conception philosophique de l’existence qui n’intègre pas la propriété privée mais, la propriété collective des terres. Il s’ensuit une spoliation des terres de ces peuples qui aujourd’hui peuvent être vendues à la nouvelle caste économique appelée « les Béqués ». Ils viennent directement des Antilles avec leur conception du monde des humains qu’ils ont fait valoir lors de la dernière crise qui a coûté sa place de ministre à monsieur Yves Jégo pour avoir crû que la démocratie de la République s’appliquait partout avec la même intensité. Il faudra certainement quelques « Rosa Parks », « Marcus Garvey » ou autre « Martin Luther King » pour espérer une telle application. Cette situation raréfie les terres et engendre un coût exorbitant du m², bien évidemment pas pour les puissants. Elle est la source de la problématique de l’aménagement du territoire du fait que les communes ne sont pas propriétaires de leur territoire.

 

Enfin, la Guyane est le territoire où la Caisse d'Eparne n’existe plus depuis les années 80. Cela, bien sûr, a une incidence sur le financement de l’économie locale, peu importe. On voit mal, malgré ses dérives, le Crédit Lyonnais faire l’objet d’une fermeture définitive, la preuve. C’est aussi le territoire où il n’y a plus de société HLM, c'est également le territoire où le Conseil de Prud’homme est fermé. Un événement qui tient de la bouffonnerie, aucun élu du territoire n'est en mesure d'expliquer les raisons de la construction du pont qui relie le Brésil à la Guyane, tout comme, aucun d'entre eux ne peut porter à la connaissance de la population les raisons pour lesquelles il n'est pas en service.  Mais, les habitants de cet espace, certainement anesthésiés par les pseudo discours patriotiques, les grands discours de "la mère patrie" ont l’air de s’accommoder à ces situations comme s’il s’agissait d’une fatalité. Tout se passe comme nulle part ailleurs. Nulle part ailleurs où il existe une démocratie…

 

Les actes II et III seront réservés à la fermeture de la Chambre d’Agriculture et à l’abus de position de certaines compagnies pétrolières dans l’activité de carburants en Guyane.

Partager cet article

Repost0

commentaires