Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marie Taubira
  • : Je suis Président du CRAPAG (Cercle de Réflexion et d'Action pour l'Avenir de la Guyane), Depuis le 10/12/2008, je suis le Secrétaire Général du Parti Progressiste Guyanais (PPG). Mon ambition est l'élévation de la conscience collective
  • Contact

Recherche

19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 20:17

Les propos d'Anne Sophie Leclère à l'encontre de la Ministre de la Justice Garde des Sceaux, n'ont pas l'air d'avoir choqué plus que cela la République Française. Est-ce dû au seul fait que  le Front National ne soit pas encore arrivé au seuil des pouvoirs les plus conséquents ? Est-ce parce que la régression mentale qui s'installe dans les fondements de la société française n'est encore pas suffisamment active pour interpeller la conscience des dirigeants ?. Lorsque cette phase interviendra il sera certainement trop tard. Quasiment tous les territoires de la République sont gangrenés par la xénophobie et le racisme, Le cœur de la République comme ses périphéries.

La France qui veut maintenir coûte que coûte les pays dits Territoires et Départements d'Outremers dans sa République par le lien de l'assimilation n'a aucune politique de formation du caractère qui serait susceptible de hisser les citoyens vers une meilleure connaissance de soi qui conduit à tordre le cou au racisme et à la xénophobie. De plus en plus de gens nommés citoyens ont de moins en moins peur d'afficher leur opinion raciste et xénophobe. Si cela peut se faire impunément à l'encontre d'une ministre, imaginez ce que cela peut être pour le commun des mortels. Par suite, on pourrait tirer la conclusion que l'école publique a failli dans sa mission de libérer les individus de l'ignorance, de les élever vers la liberté absolue de conscience. Le cogito de René Descartes qui paraît si loin en temps réel, apparaît intellectuellement comme un sujet d'avenir qu'il faut tenter d'atteindre. Quel cauchemar...

Cela fait longtemps que la France dérape au même titre que quasiment tous les pays occidentaux (Italie entre autres). Aucune leçon n'est tirée des siècles précédents sur lesquels on a en mémoire, l'extermination de millions d'Amérindiens en Amérique du Nord et du Sud, l'esclavage de millions de Noirs dont les traces se trouvent jusque dans le fond des  océans, l'extermination systématique des Juifs au XX ème siècle, il n'y a pas si longtemps, lors de la seconde guerre mondiale.

Le Front National se veut être un parti normal et ceux qui représentent la République veulent croire à un parti normal. Faut-il croire qu'ils cultivent eux-mêmes de manière sous-jacente, au minimum la xénophobie... Croire que des partis dits politiques qui ont une philosophie de la haine de l'étranger, de ceux qui sont différents d'eux ont vocation à se transformer pour subitement devenir humaniste... c'est croire en l'illusion, c'est croire en la prestidigitation, c'est faire de la manipulation et de la mystification des vérités, des" vertus laïques". Le positionnement du Front National actuellement relève d'une stratégie qui devrait rapidement leur permettre d'atteindre le pouvoir avant que ne prenne fin l'insupportable de la crise. C'est une stratégie qui s'assimile à celle du jeu de Go.

Selon Anne Sophie Leclère, ses propos ne sont pas racistes au motif qu'elle a des amis noirs... Il faudrait penser à mesurer leur QI pour le comparer au sien. Si Elle n'est pas raciste reste donc la xénophobie... Au fait, la Ministre de la Justice et Garde des Sceaux serait étrangère par rapport à quoi... à la couleur de sa peau ?

La militante cadre du FN aurait-elle appris mieux que les citoyens de la périphérie de la France Hexagonale qu'il y a des degrés différents dans la citoyenneté française ?  Aurait-elle observé à la loupe le fonctionnement des territoires qui sont extérieurs à l'Hexagone  pour en déduire une telle proposition ?

Il reste que l'histoire de France si elle ne fait pas l'objet de révisionnisme retiendra que la Ministre de la Justice, Garde des Sceaux était une personnalité brillante, courageuse, de conviction, de détermination. Même sur le plan de la conception de la beauté occidentale, nonobstant la différence d'âge, elle est une réussite plus achevée qu'Anne Sophie Leclère. Si toutefois, le hasard faisait que l'histoire retienne cette militante du FN ce serait grâce à la Ministre de la Justice, Garde des Sceaux comme l'Histoire a retenu le moine fanatique Ravaillac l'assassin d'Henri IV. Par suite, l'histoire retiendra qu'elle était un embryon d'une deuxième « solution finale » à plus grande échelle, qu'elle est la signification de l'ignorance, de l'inculture, de l'inintelligence. En conséquence, le côté naturel qu'elle avait pour exprimer sa pensée nauséabonde est le résultat de sa propre définition.

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 20:10

Parce que le SAVOIR doit être à la portée de tous, parce qu’il doit être le mieux répandu possible, parce que légitimement l’Université de Guyane refuse la soumission qui est la négation de l’être humain, les étudiants et les enseignants se sont mis en grève. Ce vent de révolte est devenu insupportable à Raphaël Confiant qui vient de montrer son vrai visage. C’est justement en privé qu’on découvre le mieux l’authenticité des gens. Non, monsieur Confiant, les Guyanais ne sont ni racistes, ni xénophobes, ni imbéciles. Vous n’avez jamais entendu dire que les Guyanais ont jeté à l’eau des étrangers… Ne parlez pas d’un peuple que vous ne connaissez pas. La Guyane c’est près de 60% de jeunes qui ont moins de 25 ans, vous entendrez parler de cette jeunesse. Enfin, vous n’êtes pas l’unique image fidèle des Martiniquais.

 

On le présente comme un homme instruit, cultivé. Il lui manque certainement l’humilité qui caractérisait ce grand intellectuel qu’était Aimé CESAIRE qui n’en doutons pas, n’aurait jamais tracé ces quelques vers nauséabonds, indignes et empreints de racisme de xénophobie, d’ignorance. Il lui manque assurément la simplicité qui le mettrait à la hauteur d’un GLISSANT, d’un CHAMOISEAU. Monsieur Confiant, ne parlez pas d’un peuple dont vous ne connaissez pas l’histoire. Homme instruit, cultivé disais-je… Cette érudition qui fait ombrage à son intelligence qui se rétrécit. Il a beau se réfugier derrière un mail privé, il ne reste pas moins qu’il a exprimé sa pensée et qu’il est en face de sa propre conscience. Il aura beau avoir dans sa besace tous les diplômes possibles même ceux d’universités des plus réactionnaires qui le feraient jubiler, il ne serait d’aucun intérêt pour le genre humain. Les amis guyanais dont il parle lui ressemblent manifestement. Il fait l’effet d’un affranchi avec ses complexes et contradictions. C’est la raison pour laquelle au nom des Guyanais qui me ressemblent je ne lui demande pas de s’excuser car, je n’ai pas cette pauvreté d’esprit,  je demande que la Guyane se retire de l’UAG, la coexistence n’est plus possible. Une Université de plein exercice est une demande légitime. Contrairement à ce que pensent certains, peu représentatifs, et pas parmi les meilleurs d’entre nous, nous sommes prêts pour assumer nos responsabilités. Nous n’avons rien de majeurs incapables. Qu'on se le dise. Au fait, Raphaël Confiant est Martiniquais, il a écrit en Guadeloupéen, a-t-il demandé aux Guadeloupéens l'autorisation d'utiliser leur langue pour écrire de telles insanités.

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 12:01

En attendant un article sur l'enjeu de l'Université en Guyane, je vous propose de prendre connaissance du communiqué de presse que le Parti Progressiste Guyanais dont je suis le Secrétaire Général a adressé à la Presse.

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Le Parti Progressiste Guyanais apporte son total soutien aux grévistes de l’Université de Guyane. IL rappelle que le SAVOIR est un vecteur essentiel du développement. Il est par ailleurs, la condition fondamentale de la liberté. Ce mouvement fait appel à la conscience de soi et à la conscience collective. Il interpelle, indépendamment des étudiants, les lycéens et leurs parents sur leur avenir et tous les agents économiques et sociaux.

Le Parti Progressiste Guyanais reste très attentif à ce mouvement de la conscience réfléchie.


                                                                                             Cayenne le 14 octobre 2013


                                                                                              Jean-Marie TAUBIRA
                                                                                              Secrétaire Général

 

Partager cet article

Repost0
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 01:38

Sur internet une vidéo posté par un jeune de dix-huit ans montre une scène d'une rare violence entre deux policiers et deux citoyens étrangers. Cela se passe à Jouè-les-Tours, commune française du département d'Indre et Loire et de la région Centre.

 

La vidéo est choquante… Elle donne froid dans le dos… Est-ce une ère glaciale qui commence pour les êtres humains ? Quel est le sens de l’existence lorsque l’on voit un tel film défilé sous nos yeux… dans un pays qui recelait un fond gigantesque d’humanisme. Le pays des droits de l’homme,  celui de Charles-Louis de Montesquieu, de Jean-Jacques Rousseau, de Jean-Paul Sartre, de Léon Gontran-Damas, de Gaston Monnerville, d’Aimé Césaire, ces hommes instruits, érudits qui ont partagé une certaine vision du monde. Mieux vaut ne pas s’arrêter sur les différents commentaires car, tout devient encore plus troublant… C’était des images que l’on croyait appartenir aux USA, aux dictatures. Hélas…

 

Comment un gardien de la paix peut-il emmagasiner autant de haine au point de ne pas pouvoir se maîtriser. Comment un gardien de la paix peut-il être dépossédé autant de la paix intérieure, face à une femme aux mains nues… Tout est choquant, la violence physique avec une matraque, une bombe à gaz certainement lacrymogène, une violence verbale avec le tutoiement qui exprime une vision supérieure par rapport à la différence entre les deux êtres et, les mots d’une grossièreté certaine. Pourtant, un pays est constitué à la base de la famille ; comment être aussi insensible à l’espèce humaine.

 

Ce film montrant une personne dépositaire de l’ordre public dans une telle posture signifie que la société perd ses repères et qu’elle a un gros effort à faire sur l’éducation pour la formation du caractère indispensable à la construction d’une humanité meilleure au-delà de l’instruction.

 

Sûr, la police à une charte, sûr, toute la police ne cultive pas ce type de comportement mais, le corporatisme risque de tuer la charte et risque de faire très mal à l’image de l’Institution. Il est utile d’être solidaire, il est néanmoins indispensable de donner la priorité à la rectitude.

Partager cet article

Repost0
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 23:49

Sur mon blog de Médiapart, « Pierre de Cayenne » a fait une réplique à mon article, vous pouvez y aller et  la consulter.  Je pense que ceux (nombreux) qui partagent mon analyse trouveront dans ma réponse que je vous livre ci-dessous, quelques éléments complémentaires à l’appréciation de la situation.

 

Bonjour  Pierre de Cayenne,

J’ai lu avec attention votre réplique. Je ne vais pas faire une réplique à la vôtre. Je considère que vous avez le droit de ne pas partager mon développement et vous avez autant de droit que moi à la liberté d’expression, ni plus ni moins. Sachez seulement que je conteste votre réplique et que l’essence d’une activité n’est pas contenue dans une seule vérité. J’aurais pu compléter mon article sur les points suivants :
La politique démographique du maire de Saül ; la stratégie démographique du Parc Amazonien et du Maire de Saül en situation de subordination tout en étant le « Président » ; le maillage du territoire guyanais que je considère anthropologique avec la partition en « espace méridional », « espace central », « espace littoral ».

 

Je voudrais ajouter que l’activité écologique est rémunératrice et comme toutes les autres activités artisanales et industrielles, elle est constituée de son lot de discriminations. Elle n’est pas une activité philanthropique. Beaucoup y gagnent bien leur vie. En conséquence, il n’y a aucune raison qu’elle se situe au-dessus des autres activités économiques et qu’elle s’habilite à donner des leçons de morale. Le pillage, par les groupes nationaux et internationaux, des éléments de la biodiversité guyanaise qui permettent l’accumulation de richesses sur le dos du territoire, reste du pillage et constitue un acte de piraterie au même titre que les clandestins de l’activité aurifère.

 

Sur le plan judiciaire, je suis différent de vous. Je ne suis pas juge et je ne suis l'avocat d'aucune des parties. Donc, je n'ai pas accès au dossier. Il s'ensuit que je ne condamne personne sans preuve. Les différentes juridictions auront à se prononcer et la conclusion judiciaire apportera sa réponse.

 

Vous vous demandez si je connais Saül… votre interrogation donne la mesure de votre conscience des difficultés d’accès à cette commune enclavée volontairement et qui appartient à une République qui se veut Une et indivisible et qui ne règle pas la problématique de la continuité territoriale. Vous êtes certainement aussi conscient que moi qu’il est plus facile de se rendre de Paris à Marseille que de Cayenne à Saül. Mais rassurez-vous le maire de Saül peut vous confirmer que je connais Saül et que j’ai visité la fameuse boulangerie restée longtemps fermée. Je n’ignore pas le prix de la traversée aérienne. Je sais, par contre, que beaucoup d’écologistes n’ont jamais visité un chantier aurifère légal et se prononcent sur la nature de cette activité.

 

Enfin, permettez-moi de vous dire qu’en matière de respect de la nature, de pollution, la Guyane, même en valeur relative n’a rien à voir avec les Etats-Unis d’Amérique, la Chine, l’Inde et la France hexagonale notamment. Vous ne pouvez effrayer que les ignorants. Certainement comme vous, je suis un homme libre, je ne suis inféodé à aucun lobby, à aucun pouvoir ni d’argent ni de religion d’aucune sorte. Je crois en l’espèce humaine indépendamment de la texture de sa peau, de ses cheveux etc…

 

Cordialement.

Partager cet article

Repost0
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 06:02

Comme une persécution, la société REXMA fait l’objet d’un acharnement par l’entremise de media. Qu’a-t-elle pu faire pour subir une telle pression ? Au départ une question de permis d’exploitation aurifère obtenu légalement sur le territoire de la commune de Saül qui fait partie d’un des plus grands Parc naturel du monde sans pour autant faire partie d’un des plus vastes pays du monde. A travers cette société, c’est toute la problématique du développement local qui est posé. Toute l’histoire de la Guyane défile dans la mémoire de ceux qui ont conscience de la stagnation, voire de la régression de ce territoire en termes d’initiatives locales, de l’échec de la départementalisation où tout est dans l’apparence et quasiment infructueux, de l’indifférence de l’Etat sur ce que pourrait être la réussite de ce territoire dans le secteur privé. Les entreprises locales qui œuvrent dans le secteur de la production sont quasiment seules. Elles n’ont pratiquement pas le soutien, ni des politiques, ni des structures professionnelles dont elles sont adhérentes. L’acharnement dont est victime cette société est purement le résultat de lobbies écologiques. Ma préoccupation, durant mon existence terrestre est de comprendre les raisons qui nous empêchent d’être perçus comme des entrepreneurs efficaces lorsque l’on refuse l’économie de comptoir qui à priori ne fonctionne plus. Je vais donner ci-dessous plus de clarté à mes propos. Auparavant, je prétends que dans le système dans lequel est inscrite la Guyane, l’intellect est le seul bon juge en matière de vérité matérialiste.

Le contexte

Nul n’ignore que l’activité aurifère clandestine en Guyane emploie environ 20 000 personnes. A titre de comparaison, le nombre de fonctionnaires, donc du secteur public est de l’ordre de 19 000 personnes. La production aurifère dans les conditions les plus exécrables pour l’environnement et sans qu’il y ait la moindre retombée pour ce territoire, même par le biais de l’économie souterraine, est de l’ordre de 20 tonnes par an soit à peu-près 8 milliards d’euros. Où est donc le lobby écologique ? Il fut un temps où l’Etat pouvait entretenir la population mise volontairement dans l’oisiveté, dans l’assistanat. C’était l’époque des trente glorieuses, il y avait la croissance économique dans l’hexagone, la population de la Guyane tournait autour de 70 000 âmes à nourrir, les besoins étaient quasiment de premières nécessités. Aujourd’hui la configuration n’est plus la même, de surcroît, les gens sont plus instruits. Enfin, comme pour toutes les activités humaines l’absence de risque n’existe pas, même pour l’écologie qui dans son absolutisme peut ressembler  aux radicaux des religions qui tuent au nom de Dieu. L’écologie absolue que l’on tente de développer sur le territoire de la Guyane tue psychologiquement la population voire physiquement. Pour ceux qui peuvent l’entendre, l’activité aurifère exercée dans les conditions qui ont été légalement définies n’est pas plus polluante qu’aucune autre activité. Par ailleurs, elle dure le temps de l’exploitation puis, au-delà du rebouchage et du régalage, il y a la replantation. Enfin, elle ne pollue pas plus que la Base spatiale ni que l’activité pétrolière et, elle n'a pas plus de risque.

La Commune de Saül

Elle s’étend sur une superficie de 4475 Km² soit l’équivalent d’un département de la France hexagonale. Elle compte 162 habitants au dernier recensement. Le taux de chômage avoisine les 52%. C’est une commune isolée qui s’inscrit dans un concept d’organisation territoriale que je considère anthropologique en défiant la raison d’être de la République. Pour avoir une idée du conditionnement de l’état d’esprit de la commune, il suffit d’observer le taux d’abstention aux dernières élections pourtant essentielles pour la responsabilité politique collective ; 61,72% aux élections Législatives et 58,59% aux élections Présidentielles de 2012, 75% aux élections Régionales. Si vous vous y connaissez un peu en matière d’aménagement du territoire, la commune de Saül ne dépend d’aucun schéma de cohérence territoriale. Ce territoire communal est riche et offre de vraies perspectives pour l’ensemble de la Guyane pour peu que l’on ait une ambition légitime d’humain complètement achevé. Alors, c’est légitimement qu’on peut se demander de quoi vivent les habitants de ce territoire. D’où tirent-ils leurs revenus, que font pour eux les lobbies écologiques, quels sont les mobiles qui les auraient conduits à refuser la création d’une activité porteuse sur leur territoire. Quelle spécificité ils auraient pour décliner la possibilité d’accroître leurs revenus et écarter la dignité par le travail… Quel responsable politique pourrait préférer l’inactivité à l’activité…

Le Maire de Saül

Dans le conflit qu’il nourrit avec la société Rexma qui est un agent économique de production, Il ne dit qu’une chose approximativement : « Je n’ai pas de problème avec cette société, je ne veux pas d’activité aurifère à moins de 10 km du bourg » un dogmatisme effrayant. Il se pose presqu’en inquisiteur. La société Rexma serait le Galilée de cette période…parlant de la terre il murmura et pourtant elle tourne. Et pourtant l’or se trouve à moins de dix kilomètre du Bourg. Le maire n’a aucune explication scientifique. Pire, il dit indirectement il y a un risque de pollution qu’il est prêt à accepter à dix kilomètre du bourg. Surprenant… Forcément on est en droit de s’interroger sur l’ambition du maire pour sa commune, sur la vision qu'il a de l'avenir de son territoire. Il est à son énième mandat qu’a-t-il fait sur ce rayon de 10 km dont il parle. Le seul investissement dont on a parlé surtout pour son surcoût est la boulangerie -brasserie. Quel combat a-t-il mené pour le foncier dont sa commune en est privée. Il apparaît être le Maire de sa Mairie et non celui du territoire communal. Il semblerait qu'il n'a pas l'intention de se représenter, gageons que le prochain Maire sera un écolo radical et que Saül deviendra le sanctuaire des Igouanes, des Macaques, des Mouton-paresseux qu'on aura sacralisé.

Réseaux contre réseaux

Les entreprises locales ne sont pas organisées en réseaux et restent la proie des groupements qui le sont. Aujourd'hui, la remise en cause du permis de Rexma se fait sur la base d'un document qui aurait été falsifié. Cela permet de  suspendre l'autorisation de démarrage de l'exploitation au risque de mettre en grande difficulté l'entreprise. La décision du Gouvernement de suspendre l'exploration du pétrole au large de la Guyane pour vérification de la conformité des procédures a soulevé une grande indignation qui a fait des dégâts. Le réseau écolo n'a pas résisté au réseau multinational. Les élus locaux sont montés au créneau pour une hypothétique retombée alors que pour Rexma ils se taisent, pourtant les retombées sont quasiment certaines

Nous devons croire que la société Rexma pourra rapidement exploiter. Elle sera un exemple pour nombre d'entreprises qui n'ont pas le courage de porter le combat du développement économique. En tout état de cause, la société guyanaise ne saurait rester en permanence dans l'inactivité. Les responsables auront forcément des comptes à rendre à cette jeunesse que l'on prive de travail, à cette jeunesse que l'on pousse à l'oisiveté, source de la consommation de drogues, d'alcools. Attention aux conséquences du désespoir.

Partager cet article

Repost0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 03:16

Le carburant fait encore parler de lui en Guyane. Cette fois-ci, il ne s’agit pas des consommateurs à la pompe mais, des gérants de stations-services. Celui qui mène le mouvement est un ancien cadre de Rubis-Antilles Guyane. Il faut croire qu’il est en situation difficile pour ameuter tous les autres gérants alors que dans l’affaire « Balisiers Carbu », il demandait la désolidarisation avec la gérante. Pour cause, ses anciens patrons lui ont donné la clef de la station retirée manu-militari à la gérante en défiant les lois de la République.

Le chemin qu’il propose aux gérants de stations n’apparaît pas comme le plus légitime. Il s’agit d’un acte de guerre dont la raison est du type des « armes de destruction massive ». Le problème est ailleurs. On peut s’en rendre compte si l’on veut être objectif en décortiquant l’itinéraire du carburant depuis l’achat du Brent jusqu’à la consommation finale. Il est surprenant que ce meneur n’ait pas mis autant de zèle pour affronter les compagnies pétrolières.

La Sara est le seul raffineur qui fournit du carburant en Guyane. Autrement dit, indépendamment des enseignes, le carburant est le même. Il n’y a donc pas de produits concurrents. Il est utile de rappeler que la Sara a été mise en place sous le Général de Gaulle (UDR) pour garantir la pseudo indépendance énergétique des Antilles. Remarquons que l’on n’a jamais trouvé de pétrole dans la ZEE de la Martinique. Dans ce cas de figure cette activité en Martinique relève du secteur secondaire sans que la ressource elle-même qui appartient au secteur primaire puisse exister. Quid de l’indépendance énergétique. A l’époque du Général de Gaulle elle n’était qu’une allégorie.

Je ne reviendrai pas sur ce que j’ai déjà développé dans les articles précédents. Je soulèverai quelques points cruciaux qui vous permettront de vous faire une opinion et d’éviter d’être manipulés. Le Ministre des Outremers peut s’il le veut mettre un terme à ces défiances qui sur le territoire de la Guyane donnent le sentiment peut être à tort que la République a perdu un de ses piliers à savoir le pouvoir judiciaire tant certaines compagnies pétrolières  se croient au-dessus des lois.

Je tenterai de trouver comment et par quelle société le Brent arrive à la Sara en Martinique puis par quelle société et comment le carburant raffiné arrive à la Sara en Guyane. Il y a ici également une certaine opacité à lever.

Aujourd’hui, il y a trois enseignes en Guyane : Vito, Bamyrag-Total, Sol. Rubis SAS propriétaire de l’enseigne Vito a racheté les stations Texaco et pour éviter une situation de déséquilibre, elle a été contrainte par la Direction de la concurrence de céder trois stations à la société Sol. Les points sur lesquels les gérants de stations devraient se pencher sont prioritairement les suivants :

Les contrats. Ils ne sont pas des contrats de partenariats mais des contrats de subordination sans aucune rémunération de base. Ces contrats sont de type unilatéral (oxymore) donc contraire au droit. D'autre part, l’on ne peut se contenter de dire que c’est à prendre ou à laisser. Ce serait un sophisme qui défierait l’esprit républicain et le sens du droit d'autant qu'il s'agit de sites classés risque Seveso 2. La nature du contrat génère des coûts qui pénalisent les Gérants.

L’intermédiation des compagnies pétrolières : A partir du moment où le carburant est identique il apparaît inutile de passer par les enseignes. Cette procédure soulève beaucoup d’interrogations. La première est la situation de soumission du gérant face au monopole qui naît de cette situation. En cas de difficulté passagère de trésorerie la compagnie peut aggraver la situation en faisant justice elle-même surtout si le gérant n’est pas docile et cela, en dépit des procédures juridiques de sauvegarde des entreprises commerciales. Le deuxième point, Le gérant de station passe une commande de carburant à la compagnie dont il a l’enseigne. Cette dernière n’a aucune structure de stockage. Elle passe à son tour commande à la Sara et la société TSO qui travaille pour toutes les enseignes livre directement le carburant. Il faut noter que le gérant de station n’a aucun contrôle sur la quantité livrée puisqu’il n’est pas le client de la Sara. On peut légitimement se poser la question de savoir si la  commande passée par le gérant est bien répercutée par la compagnie à la Sara. On pourrait imaginer et ce ne serait pas stupide qu’une commande passée à la compagnie à hauteur de 4000 litres par exemple soit répercutée à la Sara à hauteur de 3700 litres, ce qui donnerait un écart de 300 litres supportés par le gérant. Lorsque l’on sait par ailleurs que les véhicules qui livrent le carburant ne sont pas équipés de compteur on comprend les difficultés que rencontrent certains gérants surtout s’ils ont de la personnalité.

On peut également imaginer le poids financier que représente la compagnie pétrolière face au banquier dans ce type de procédure. Elle collecte un revenu issu de tous ses clients entre autres locataire-gérant. Par suite, elle peut imposer subrepticement à la banque un désengagement financier avec un des gérants qui ne lui revient pas. On se trouve ainsi face à la loi du plus fort par comparaison avec l’importance du compte de dépôt de chacun.

Au passage, ces compagnies pétrolières prennent 9cts par litre de carburant. Rien ne justifie ce type d’opération pour les compagnies pétrolières dans la configuration de la Guyane. Elles devraient se contenter de percevoir leurs loyers de location gérance. Ainsi la remise en cause des 9cts conduirait à proposer 3cts supplémentaire par litre vendu à la Sara pour gérer les commandes de carburant de toutes les stations. Les gérants de station pourraient obtenir le centime qu’il réclame et le prix à la pompe pourrait baisser de 5 cts.

Coûts financiers: Ce dernier point n’est également pas négligeable. Alors que les gérants de station ont une marge de 10 cts par litre vendu, ils supportent seuls les commissions bancaires sur les mouvements de fonds assis sur le prix à la pompe et également les commissions sur les cartes bancaires car, ils sont les collecteurs de fin de chaîne. Une part de ces frais devrait être supportée par les autres acteurs de la structure de prix du carburant.

Faire pression sur la Préfecture pour obtenir 1ct  supplémentaire c’est nier le vrai problème posé par les compagnies pétrolières qui se trouvent à tous les niveaux stratégiques de la chaîne de carburant, c’est demander une augmentation à la pompe de 1 ct par litre ou demander une baisse équivalente de la taxe or, le pétrole est un bien collectif qui doit contribuer à l’amélioration des conditions de vie de tous nos concitoyens.

Partager cet article

Repost0
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 11:50

Il nous a hélas quitté El comandante CHAVEZ. Gémissons, Gémissons, Gémissons, Espérons. Il était celui qui était à côté des pauvres. Son charisme était au service des démunis, il servait de bouclier contre les obus puants des possédants sans vergogne, sans scrupule. Il était l’anti-humiliation du peuple. Il était si fort avec le peuple que celui-ci était devenu si fort avec lui. 

Il a fait mieux que beaucoup de pseudos grands dirigeants de l’Occident qui parlent un langage châtié pour mieux déshonorer le peuple, mieux l’humilier. Il a réduit de 60% la pauvreté qui dit mieux !!!

Il a contribué à conscientiser les dirigeants d’Amérique du Sud sur la nécessité d’organiser leurs relations sans être les valets des Etats-Unis d’Amérique. Il était en ce sens « l’élément pratique » de Simon Bolivar « élément conceptuel ». Pour libérer le peuple de la misère, il n’a pas hésité à utiliser les ressources naturelles de son Pays et à solliciter l’aide de Cuba pour son alphabétisation. L’économie était pour lui au service du peuple. Pour les Pays dits avancés qui considèrent que son économie n’était pas structurée, Il y a une réponse toute simple : Les économies organisées produisent des pauvres, des misérables et de plus en plus de nantis. C’est cela la réalité.
El comandante Hugo CHAVEZ part et repose en paix et du vivant des humains tôt ou tard, nous saurons si ton cancer est un assassinat ou une fin naturelle.

Partager cet article

Repost0
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 17:52

Le 11 février 2013, en tant que citoyen, j'ai versé à l'enquête publique mon avis sur la charte du Parc Amazonien de Guyane. Je vous en donne connaissance.

***********

 

AVIS SUR LA CHARTE DU PARC AMAZONIEN DE GUYANE

 

Dans le cadre de l’enquête publique concernant la charte sur le Parc Amazonien de Guyane, j’ai l’avantage de vous communiquer l’avis défavorable que j’émets à l’encontre de la charte telle que proposée et, je demande son retrait pour les raisons ci-dessous exposées:

 

1°) Commune de CAMOPI. Six conseillers municipaux sont directement liés au Parc Amazonien de Guyane ce qui peut remettre en cause leur objectivité dans les décisions par voix délibérative du Conseil Municipal concernant l’avenir de la commune par rapport au PAG.

 

2°) Le principe de l’absence de réponse. Le principe selon lequel les communes sur lesquelles le Parc s’est installé, qui ne communiquent pas leur avis est réputé être un avis favorable est contraire aux habitudes démocratiques. En ce sens la charte devient un point d’interrogation avec le cas de MARIPA-SOULA et PAPAICHTON.

 

3°) La liste des  avis des acteurs consultés. Dans le document soumis a enquête publique, il y a la liste des «  avis émis » par contre, il n’y a pas de trace de liste des acteurs consultés. Or, il apparaît que certains acteurs n’aient pas été consultés et que d’autres auraient appris  que leur requête d’avis aurait été expédiée  soit à leur ancienne adresse soit à une adresse erronée.

 

4°) L’isolement d’une partie du territoire. La charte ne fait pas état dans ses objectifs d(investissements en matière de liaison terrestre entre le Parc Amazonien de Guyane sanctuarisé et les communes du littoral. Le sud de la France hexagonal n’est pas déconnecté du Nord.

 

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 18:25

Le Parti Progressiste Guyanais auquel j'appartiens a organisé une conférence de presse sur la Charte du PAG qui est soumise à enquête publique depuis le 10 janvier 2013. Voici ci-dessous le contenu du support qui a servi à l'échange avec la presse locale

**********

 

Cayenne le, 28 Janvier 2013
Thème abordé : Enquête publique sur la charte du Parc Amazonien de Guyane.

Mesdames, Messieurs les journalistes,

Merci d’honorer notre invitation à la conférence de presse que nous organisons dont le thème concerne la charte du Parc Amazonien de Guyane. Bien entendu, nous n’allons pas commenter l’utilité du parc en tant que tel et la superficie qu’il représente. Par votre entremise, nous apportons à la population notre perception sur cette charte.

Dans un premier temps, nous constatons avec regret que la consultation de la population sur des décisions qui impactent l’avenir du territoire se fait souvent pendant la période où elle est la moins disponible. C’est sûrement un hasard de calendrier qui fait que la consultation sur ce thème est prévue durant les festivités carnavalesques, c'est-à-dire du 11 janvier au 10 février2013. L’enjeu est colossal car, il s’agit d’une partie du territoire en cause mais, qui aura des incidences sensibles sur les perspectives de développement de l’intégralité de celui-ci. L’enquête publique concerne toute la population du territoire quand bien même, la charte est destinée aux communes concernées par le PAG. C’est dire comment la mobilisation est fragile.

Il est dit que la charte n’est pas une loi. Certes. Elle est tout de même un document qui a un caractère coercitif. D’une part, elle est un guide qui définit les relations entre les acteurs du Parc Amazonien et d’autre part, elle encadre les actions à mener dans les limites du Parc. Elle n’est pas un simple document où tous les acteurs ne font que signer au risque de nier leur propre signature. Elle est un document qui fera l’objet d’un décret de promulgation par le Conseil d’Etat. Par voie de conséquence l’adhésion des communes se fera sur un document approuvé par le Conseil d’Etat.

C’est de l’avenir officiel de notre territoire dont il s’agit. Les générations en vie ne peuvent être égoïstes car, elles sont aussi les gardiens de l’existence humaine et de sa pérennité. Notre responsabilité nous a conduit à nous pencher objectivement sur le contenu de la charte qui compte 198 pages annexes comprises. Pour nous, la rédaction de la charte impose aux communes concernées une attitude de subordination à l’égard du cœur de Parc.

Tout d’abord, il importe de rappeler que le parc est composé d’une zone de cœur et d’une zone de libre adhésion. La zone de cœur a une règlementation particulière qui lui donne quasiment un caractère de réserve. Autrement dit, un espace qui s’oppose au développement qui a permis de qualifier certains pays de « pays développés ». Dans cette zone il est reconnu les modes de vie traditionnels et par voie de conséquence des activités plutôt primaires (Abattis, cueillette, chasse, pêche) qui ne peuvent être ni artisanales, ni industrielles. On ne peut décemment accepter de figer les savoirs comme si les populations du sud de la Guyane avaient vocation à stagner. Il s’agit d’individus complètement achevés à l’instar de tous les peuples de la terre. L’homme fait également partie de la nature.

Comme nous le savons, cette partie du territoire souffre d’un sous-développement chronique par rapport au littoral qui n’est pas plus développé que cela. En ce sens, les habitants du sud du territoire vivent une injustice sociale, fiscale et économique. Il n’est pas absurde de penser que les drames humains qui ont lieu aient un lien avec ces inégalités. La charte ne répond pas à cette problématique puisqu’elle a décidé de limiter les savoirs à la seule tradition dans le cœur de Parc. C’est un défi à l’évolution de la conscience humaine puisque l’alternative est de rester avec les contraintes de non-développement de l’espèce humaine ou de quitter les lieux pour cause de croissance intellectuelle.

Nous savons également que les magistrats de ces communes, comme leurs administrés aspirent à plus de développement. Ils sont donc à l’affut de ce que peut apporter le parc en termes de croissance économique. Ainsi, ils risquent d’accepter le minimum plutôt que rien du tout. En ce sens l’alternative entre signer ou ne pas signer la charte peut être assimilée à un chantage dans la mesure où il est prévu une exclusion de la commune de la zone d’adhésion et de ses conséquences.

Les objectifs définis par la charte ne laissent pas entrevoir une liaison terrestre entre le littoral et l’hinterland ou si l’on préfère, entre la zone de parc et le reste du territoire. On a le sentiment que la charte par implication propose une partition du territoire. Les communes concernées par le parc se retrouvent de facto sous l’injonction du Parc Amazonien de Guyane, leur développement en est conditionné.

Il est difficile de concevoir la signature de la charte sans avoir la programmation des investissements indispensables prévus par le parc et le financement inhérent concernant la zone d’adhésion. Cette programmation serait de nature à rassurer les magistrats de ces communes et éviterait des désillusions.

Merci de votre écoute

Partager cet article

Repost0