Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marie Taubira
  • : Je suis Président du CRAPAG (Cercle de Réflexion et d'Action pour l'Avenir de la Guyane), Depuis le 10/12/2008, je suis le Secrétaire Général du Parti Progressiste Guyanais (PPG). Mon ambition est l'élévation de la conscience collective
  • Contact

Recherche

18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 21:32
L’enjeu essentiel de l’élection régionale en Guyane

Le premier tour de l’élection a eu lieu. Mesdames et messieurs, le premier acte de ce théâtre est terminé, le rideau est tombé, passons au second acte.

Ce second acte, ce sont les électeurs et les électrices du dimanche 21 mars qui vont l’écrire. L’enjeu est la Collectivité unique et il est suffisamment capital et grave pour que je m’octroie la réflexion ci-dessous et que je la livre à votre sagacité.

Je veux porter ma réflexion à partir des deux faits suivants :

a)    La collectivité unique sera mise en place alors, que 72,58% des électeurs de Guyane se sont abstenus. 9914 électeurs sur 67528 inscrits ont voté OUI lors de la consultation du 24 janvier 2010. C’est donc l’obligation de résultat qui conduit à la mise en place de ladite collectivité. A titre d’information, 9448 électeurs sur 67528 inscrits ont voté OUI lors de la consultation du 10 janvier 2010 pour la collectivité d’outremer relevant de l’article 74.

b)    La Guyane a une superficie de 90000 km². Elle est un département de droit commun en Amérique du Sud.

A partir de ces deux éléments en interférence, j’ai bâti mon analyse et, parmi les deux listes qui sont en présence j’élimine celle qui me paraît porter un préjudice grave à l’avenir de la société guyanaise.

Nous sommes dans l’article 73 avec une collectivité unique (art. 72), ce qui tendrait à défier le principe de l’identité législative dans la mesure où dans l’Hexagone, la Région et le Département existent en superposition. Néanmoins, si la logique est écorchée, le Droit constitutionnel l’admet. « Faisons contre fortune bon cœur ».

La nouvelle collectivité unique n’a pas de contenu. Nous l’avons suffisamment dit jusqu’à la veille de la consultation du 24/01/2010 pour feindre de ne pas le savoir. La cause est entendue. Le Département et la Région vont faire l’objet d’une fusion qui va donner naissance à la Collectivité unique. Des discussions avec l’Etat par l’entremise du Gouvernement vont permettre de fixer le contenu de la nouvelle Collectivité. Le Président de la République a fait savoir lors de son Passage en Guyane, dont d’aucuns supposent qu’il était venu apporter son soutien à Rodolphe ALEXANDRE, que le nombre de conseillers ne sera pas l’addition de ceux des deux collectivités (Région Département). Vous devez être certainement comme moi en pensant que les choses simples sont souvent et très souvent fausses.

La France Métropolitaine est étendue sur 543 965 km². Elle compte 96 départements pour 3879 cantons. Nous pouvons légitimement penser qu’un département compte 72 cantons et par voie de conséquence 72 conseillers généraux en moyenne. Bien sûr, il y a des modulations à faire en fonction de la superficie et du nombre d'habitants. Toujours est-il que l’essentiel reste une bonne représentation des populations du département.

La superficie moyenne d’un département en France Métropolitaine est de 5985 Km². Si nous faisons abstraction de la population moyenne d’un département médian c'est-à-dire 511 012 habitants et que nous nous consacrons à la superficie du territoire, la Guyane avec ses 90000km² de superficie soit, le 1/6éme de la France, pourrait prétendre à 15 ou 16 départements selon que l’on retienne la superficie globale ou la superficie du département médian. Mathématiquement, il n’est pas insensé de dire que la Guyane devrait compter jusqu’à : 15 * 72 = 1080 conseillers généraux. En raison de la faible démographie, il serait stupide de penser que cette réponse ait notre agrément. Néanmoins, cette démonstration a pour objectif de démontrer que la solution n’est pas si évidente que cela et qu’il faudrait que les élus qui auront à discuter avec l’Etat ne soient pas des béni-oui-oui. Mais qu’ils pensent aux intérêts propres de la Guyane dans la République et que les populations qui sont réparties sur le territoire, malgré l’occupation importante de la forêt, soient bien représentées.

Ces élus devraient être imprégnés de l’indivisibilité du territoire et de la haute nécessité de son unité pour conjurer la décohésion sociale et faire en sorte que les ressources naturelles soient au service de la croissance économique au profit du territoire et de sa population.

De ce que j’ai observé ces deux dernières années tant au niveau des promesses municipales non tenues qu’au niveau des équilibres financiers d’Etablissement Public, des comportements durant les joutes électorales, la liste conduite par Rodolphe ALEXANDRE m’apparaît comme celle qui ferait plus de tort à la société guyanaise. Elle apparaît trop complice avec le Pouvoir en place dans l’Hexagone pour défendre les intérêts propres de la Guyane. Elle traite les français en termes communautaires (communauté chinoise, communauté haïtienne, communauté hmong, communauté brésilienne). Or, les étrangers ne votent pas, pour le moment, d’après la constitution française. Cette segmentation ethnique de la population française est dangereuse pour l’avenir et rappelle les méthodes du réseau Jacques Foccart en Afrique. Par ailleurs, c’est une liste qui montre toute l’arrogance de l’argent dans une société où la pauvreté ne cesse de progresser. Son parti pris pour l’invasion des multinationales sur notre territoire est opposable à la croissance verte plus adaptée aux PME et TPE.

Pour notre bien-être, pour la cohésion sociale, pour la justice sociale, économique et culturelle, il faut faire barrage à la liste conduite par Rodolphe ALEXANDRE.

partiprogressisteguyanais.net

Partager cet article

Repost0

commentaires