Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marie Taubira
  • : Je suis Président du CRAPAG (Cercle de Réflexion et d'Action pour l'Avenir de la Guyane), Depuis le 10/12/2008, je suis le Secrétaire Général du Parti Progressiste Guyanais (PPG). Mon ambition est l'élévation de la conscience collective
  • Contact

Recherche

17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 01:15
On ne se souvient plus... on ne se souvient pas... La mémoire souvent nous fait défaut parce que, anesthésiée , sans que l'on ne se rende bien compte, par l'aliénation. Il y avait déjà une crise grave. C'était sous le gouvernement de gauche. Des états généraux avaient été organisés à la demande, dans un premier temps, des socio-professionnels puis, repris par la masse populaire sous l'égide de certains partis politiques. Le Gouvernement de la France ne voulait pas trop s'impliquer officiellement. Il y a eu pas mal de rencontres verbales qui donnaient le sentiment qu'on s'occupait des aspirations du peuple. Ces états généraux ont été chapeautés par quasiment tous les chefs de services de l'administration centrale sur place. Comme on le dit si bien à l'accoutumé c'est "la montagne qui a accouché d'une souris".

Quelques petites années se sont écoulées et c'est tout l'Outremer qui prend feu. La Guyane commence avec le prix record du carburant. Le pays est bloqué. Il a suffit de s'approprier les ronds-points et toute l'activité a été paralysée. Le peuple s'est mobilisé et, il a déplacé la montagne. En effet, le prix du carburant  a chuté de 50 centimes d'euros. La Guadeloupe décide de lancer son mot de grève générale. Les effets sont immédiats. Le peuple se mobilise et le mouvement d'une exemplaire solidarité va durer plus de quarante jours. Entre temps, la Martinique et la Réunion décident de se mobiliser. C'en est trop. Le Président de la République décident de lancer les Etats généraux de l'Outremer. Un préfet de la République est nommé Coordonnateur des Etats généraux. Il est de l'Outremer. C'est bien. Mais, c'est peut-être aussi une mode. Un autre préfet est nommé pour chaque pays dit département d'Outremer indépendamment du préfet en place. Il a la responsabilité du projet.

Ce projet est composé de huit ateliers mêlant les thèmes systémiques à des questions résiduelles et conjoncturelles. Le Préfet coordonnateur a voulu que les ateliers soient présidés par des locaux. C'est bien. Mais, ça peut ressembler aussi à une mode. on pourrait même penser que le genre humain n'a pas besoin de s'embarrasser de cette sorte de distinction. Il se pourrait bien que tous les Présidents d'atelier choisis soient de fervents partisans de la départementalisation, quid de ces Etats généraux... Le contraire pensez-vous pourrait être possible? quel serait donc l'intérêt des Etats généraux ? Cette fois-ci, les fonctionnaires de l'administration centrale ont été quasiment écartés. Qui en assument cette responsabilité?

Ce parti pris de la confusion des ateliers sont de nature à rendre illisible la planification et le dessein d'une société nouvelle plus juste et plus conviviale. Il génère, en outre,  plus d'opacité que de transparence. L'on peut regretter qu'il n'y ait pas un atelier pour faire l'évaluation de l'exécution du Contrat de Projets Etat-Région-Département 2007-2013 pour identifier les obstacles au développement. L'on peut également regretter qu'il n'y ait pas un atelier pour expertiser la contribution du CNES au développement économique et social dans le cadre du plan 2007-2013 ce qui éclairerait mieux ses éventuelles infortunes.

Ainsi, l'Outremer reste le jouet de la nation... les peuples avec.

Partager cet article

Repost0

commentaires