Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marie Taubira
  • : Je suis Président du CRAPAG (Cercle de Réflexion et d'Action pour l'Avenir de la Guyane), Depuis le 10/12/2008, je suis le Secrétaire Général du Parti Progressiste Guyanais (PPG). Mon ambition est l'élévation de la conscience collective
  • Contact

Recherche

4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 22:25
Ces élections ont eu lieu le 21 septembre 2008.  Le nombre de sièges à pourvoir était  au nombre de deux. Le mode de scrutin dans la mesure où il y avait moins de quatre sièges était le scrutin majoritaire à deux tours. Il y avait  six candidats inscrits dont deux divers gauche ( Georges PATIENT, Jean-Etienne ANTOINETTE) et quatre de droite dont deux UMP [(Alain CHAUMET (DVD) Hélène SIRDER (UMP) Léon BERTRAND (UMP) Georges OTHILY (RDSE élu sortant). En ce qui concerne ce dernier, je l'ai classé à droite en raison des positions qu'il a prises durant sa mandature au Sénat. De surcroît, la tendance du RDSE (Rassemblement Démocratique et Social Européen) est plus à droite qu'à gauche quand bien même, à l'origine, le RDSE était classé à gauche. Enfin, il y avait 358 délégués autrement dit, ceux habilités à voter et appelés couramment les Grands Electeurs. Compte tenu du nombre de sièges (2) pour le Département, le nombre de vote devrait être de 358 * 2 = 716.

L'élection s'est déroulée à la Préfecture de la Guyane. Elle devait commencée à 8 heures et trente minutes. Elle n'a pu débuter qu'à 9 heures trente minutes. Cette situation n'a pas échappé à l'observateur que je suis et m'a conduit à m'interroger sur l'organisation administrative du territoire. Elle m'a également conduit à faire la comparaison avec l'organisation des élections locales où les Collectivités locales se sont montrées bien plus efficaces pour une organisation plus lourde compte tenu du nombre d'électeurs. Il en résulte que nous devons casser le complexe d'infériorité qui nous habite.

Les résultats étaient connus dès le 21/09 au soir. Rien d'exceptionnel puiqu'il s'agit de la règle. Au premier tour aucun candidat n'a obtenu la majorité absolue. Néanmoins, les deux candidats de gauche sont arrivés largement en tête avec respectivement 161 et 150 voix pour Jean-Etienne ANTOINETTE et Georges PATIENT. La troisième position était occupée par le sénateur sortant Georges OTHILY avec 110 voix. le Grand battu de cette élection au premier tour est l'ancien Ministre du tourisme Léon BERTRAND avec 95 voix. Enfin, Hélène SIRDER a compté 79 voix et Alain CHAUMET qui se serait venté, paraît-il, d'avoir bénéficié de quelques petites voix de gauche ferme la marche avec 38 voix. Le nombre de voix portées sur les candidats était de 633 soit un peu plus de 88%, le reste étant nul (83). La loi stipule que les Grands électeurs ont une obligation de vote. Sauf cas de force majeur, celui qui ne remplit pas son obligation est sanctionné.

Il a fallu un deuxième tour. La seule candidate qui s'est retirée est Hélène SIRDER. Donc, la logique voudrait que ses voix soient reportées vers l'autre candidat de l'UMP Léon BERTRAND. Il n'en fut rien. Bien au contraire, celui-ci arrive avant dernier avec 2 voix de moins qu'au premier tour (93). Georges OTHILY qui termine à la troisième place perd quant à lui 16 voix (94). Il apparaît que certains Grands électeurs ne sont pas meilleurs en termes de conviction et de clarté idéologique que le citoyen lambda. Il est venu le temps de mettre un terme à l'absence de clivage idéologique qui constitue l'arme essentiel des valets du libéralisme. Ces Grands Electeurs qui ne savent pas où se situer est la conséquence de cette aberration. Au deuxième tour, ils étaient 525 à porter leur suffrage sur les candidats restant. Où sont donc passés les 108 voix du premier tour(633-525). En supposant que les électeurs de la candidate SIRDER aient voté "bulletin nul" il n'en reste pas moins vrai que le compte n'y est pas. Il y aurait 29 grands électeurs égarés. Heureusement, les deux candidats de gauche ont maintenu à quelques voix près leur score du premier tour (Georges PATIENT avec la défection d'une voix (149), aurait été victime ,de manière plus qu'insignifiante, d'une stratégie machavielique d'un petit groupe dit de gauche. Jean-Etienne ANTOINETTE a gagné 7 voix de plus (168). L'autre leçon qu'il est nécessaire de tirer de ce scrutin se manifeste par le fait que l'autre grand perdant, très engagé dans cette élection, est le Maire de Cayenne Rodolphe ALEXANDRE qui soutenait Georges OTHILY dont la suppléante est sa colistière TROCHIMARA adjointe au Maire et Hélène SIRDER qui appartient à sa majorité municipale également Maire Adjoint. 

Les Grands électeurs ont respecté la tendance du peuple qui a déjà exprimé son désir d'une union vers la gauche. Tant pis pour les censeurs qui veulent s'autoriser le choix de ceux qui doivent parler au nom du peuple, de ceux qui doivent être les représentants du peuple (petit groupe dit de gauche). S'il ya des malhonnêtetés il faut pouvoir les prouver. Autrement, toutes les malhonnêtetés sont à condamner à savoir, la malhonnêté financière, matérielle, morale et intellectuelle.

Par ce vote il se confirme que le peuple se met debout, il se réveille à sa cadence. Il n'y a pas eu de débats publics. Mais, les candidats se sont  présentés devant les grands électeurs et s'est bien mieux ainsi. FELICITATIONS à Jean-Etienne ANTOINETTE et à Georges PATIENT. Que le travail commence et qu'il y ait plus de lisibilité entre les paroles et les actes.

Partager cet article

Repost0

commentaires