Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marie Taubira
  • : Je suis Président du CRAPAG (Cercle de Réflexion et d'Action pour l'Avenir de la Guyane), Depuis le 10/12/2008, je suis le Secrétaire Général du Parti Progressiste Guyanais (PPG). Mon ambition est l'élévation de la conscience collective
  • Contact

Recherche

16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 19:57
Comment sortir la Guyane de son non développement avec un engagement philosophico politique qui tend de plus en plus à devenir désuet. Est-il présomptueux d'avancer que c'est le coeur de l'existence qui est battu en brèche? En tous les cas, au sein d'une société qui se construit au nord de l'Amérique du Sud et qui est inscrite dans le giron d'une République laïque qui se trouve en Europe occidentale. Si l'Homme est capable de grandes oeuvres, il lui arrive d'être dans l'infiniment petit par son insignifiance et ce n'est pas peu de dire que ces deux espaces ne sont pas identiques. C'est un problème d'Histoire qui ne s'efface pas.

L'engagement philosophico politique est fort tant sur le plan de la logique que sur celui de l'émotion. Il correspond au sacrifice du présent pour construire un lendemain rassurant. Il impose de voir l'organisation de la vie collective sous la perspective sociétaire avec des allégories mobilisatrices plutôt que sous la perspectives "ghettoiste". Il donne du sens au lien social c'est à dire qu'il le rend intelligible. Il crée une façon d'être qui permet à chacun de se sentir partie prenante de la société en cassant la distance entre le moi et l'objet de son engagement. En effet, il faut bien se demander comment l'engagement se met en oeuvre et pour quelles raisons les individus se mobilisent. Ainsi, la multiplicité d'individus est conçue comme un atout et sa positivité repose sur l'interaction qui s'oppose à l'isolement. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, dans cette perception, la société n'écrase pas l'individu, le collectif ne l'étouffe pas. L'individu est au service du collectif et en même temps à son propre service. Il y a bien un chemin entre la société qui fait fi de ses membres pris individuellement et celle qui génère l'individualisme. Prendre conscience de son moi ne doit pas engendrer de facto l'égocentrisme. L'excès en tout nuit.

Sous l'empire de l'engagement philosophico politique, la représentation de l'ensemble des individus par un des leurs est moins problématique parce que la conception du vivre ensemble est partagée. Les contradictions et les confrontations générées par la société sont moins violentes et plus maîtrisées. Nous pouvons admettre ensemble que si l'engagement philosophico politique est anéanti, ses effets suivent le même itinéraire et nul ne doit s'étonner des conséquences, entre autres, la crise de représentation.

Le chemin emprunté par bon nombre de nos concitoyens candidats aux différentes élections locales est tortueux et laisse augurer un avenir des plus violents. Pratiquement, tout le monde s'accorde à dire que le nombre de candidats "sans étiquette" aux dernières élections est scandaleux. Néanmoins, peu de critiques ont voulu s'interroger sur les origines de cette vraie catastrophe. Certains qui se prétendent journalistes se contentent d'analyses "simplississimus" en rapportant les résultats sur la personnalité des candidats sans s'apercevoir qu'une culture de l'individualisme se développe de manière vertigineuse dans la société, que les citoyens sentent de moins en moins leur filiation à la société et que leur engagement est basé sur l'éfficacité de l'immédiateté. L'avenir importe peu. Comble d'ironie, les élus qui les fustigent sont l'image exacte de l'individualisme qui tend vers le narcissisme.

La Guyane en tant qu'entité collective ne prendra son essor que lorsqu'elle aura réellement pris conscience de l'importance de sa force collective sans nier la réalité de l'individuation. Cette force collective assise sur l'engagement philosophico politique doit lui permettre de se penser par elle-même et de se concevoir dans le mouvement.

Partager cet article

Repost0

commentaires