Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marie Taubira
  • : Je suis Président du CRAPAG (Cercle de Réflexion et d'Action pour l'Avenir de la Guyane), Depuis le 10/12/2008, je suis le Secrétaire Général du Parti Progressiste Guyanais (PPG). Mon ambition est l'élévation de la conscience collective
  • Contact

Recherche

23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 03:32

Les conseillers de trois communes de Guyane n’ont pas donné de quitus aux Maires pour leur gestion en refusant de voter leur compte administratif et pire, ils n’ont pas voté leur budget pour le prochain exercice. Les arguments avancés par ceux qui faisaient partie de la liste majoritaire et qui sont devenus des dissidents ne sont pas sérieux. Ils prétendent avoir sanctionné les Maires, ils ont surtout sanctionné les populations municipales.

Parmi ces communes deux relèvent du mode de scrutin des communes de moins de 3500 habitants. Il s’agit de la commune de Régina dont la population est inférieure à 1000 habitants et celle d’Iracoubo avec une population en-dessous de 2000 habitants. Quand bien même cette situation n’est pas excusable on peut admettre que ces Maires sont victimes de la problématique du mode de scrutin. Par voie de conséquence l’analyse de la situation exige de prendre en considération d’autres variables. Il ne reste pas moins vrai que l’origine de ces attitudes prend sa source dans le degré d'immaturité politique et des ambitions égoïstes et égocentriques de certains élus et des conseillers suivistes.

La situation de la ville de Matoury, la troisième commune,  est gravissime. Elle compte près de 30000 habitants. Elle relève du mode de scrutin des villes de plus de 3500 habitants. En conséquence, la liste doit être cohérente et les objectifs définis pour la mandature. il est impensable que le Maire n’ait pas une majorité stable pour ce type d’événements.  Les vraies questions qui sont posées sont celles des alliances, de la pseudo proximité de ce type d’élections qui soi-disant est apolitique et peut additionner les canards, les poules et les dindes. Ce sont bien des volailles mais de typologie différente. «ti poul suiv’ ti can’na y néyé».Il en est de même de la crédibilité de certains Partis politiques. Il y a bien des situations qui sont supérieures aux querelles individuelles…

Cette erreur honteuse si tant est qu’il existe des erreurs qui ne soient pas honteuses incombe à qui ? Aux électeurs d’abord. Puis aux élus par leurs mensonges, leurs petits calculs personnels, leurs manipulations.

La faute des électeurs parce qu’ils s’isolent. Le vote n’est pas qu’un engagement individuel. Il est avant tout un engagement collectif. Lorsque je vote, je ne m’exprime pas que pour moi quand bien même c’est la première lecture que l’on peut avoir. Je le fais pour l’idée que je me fais de la société et pour tous ceux qui la partagent. Particulièrement pour ceux qui ne peuvent pas voter et qui subissent l’organisation sociale c'est-à-dire, les jeunes qui ont moins de 18 ans, les citoyens étrangers qui apportent leurs contributions en participant à la création de richesses et à la répartition institutionnelle de la richesse créée. C’est cette responsabilité que j’aie. Chacun doit en avoir conscience.

 Avant de m’étendre sur la question de la communauté sociétale et des variables qui peuvent donner du sens à la vie, notons les conséquences de l'irresponsabilité de ces élus. Le Préfet prend la main sur l’exécution du Budget. N’ayant pas la légitimité de l’élu en général mais représentant l’Etat, il est l’expression de la légalité. Sans état d’âme, il va suivre  les recommandations  de la cour des comptes. C'est-à-dire, si les taux d’imposition doivent être augmentés de 20% par exemple, il le fera. Si cette même Cour des comptes décide qu’il faut licencier une centaine d’employés il le fera car, il n’a pris aucun engagement avec la population. L’irresponsabilité des élus est à ce prix.

Ce qui est surprenant et qui n’est jamais arrivé est que cette situation intervient alors  que l’on n’a pas entendu parler de déficit budgétaire. C’est là où les électeurs doivent assumer la conséquence de leurs actes surtout ceux qui s’abstiennent.

Il me revient une image pendant les dernières élections  de la CTG où le taux d’abstention au premier tour était de l’ordre  de 57% ce qui fait que la légitimité ne se trouve pas dans les institutions mais, en dehors d’elles. Lorsque les media interrogeaient  certains électeurs, ils disaient qu’il y avait trop de candidats ou, trop de listes.. Lorsque la deuxième question arrivait, pourquoi vous n’avez pas voté ? La réponse était : "je n’ai pas trouvé de candidat exprimant mes aspirations". Il y a comme  une contradiction car implicitement il manquait au minimum un autre candidat. Sinon cela voudrait dire que ces électeurs ont une intelligence et une instruction venant d’une autre planète qui sont infinitésimalement  supérieures à celles des candidats ce qui reste à démontrer.

Je ne néglige pas les ambitions de certains pour les prochaines élections notamment les législatives à venir. Cette situation se fait sur le dos des électeurs qui n’auront encore pas compris et qui s’abstiendront en laissant la place aux plus opportunistes. Je reviens vers vous pour vous soumettre ma réflexion sur Iracoubo et sur Régina en prenant le soin de vous exposer la perception que j’aie de la société. Donc à suivre…

 

Partager cet article

Repost0

commentaires