Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marie Taubira
  • : Je suis Président du CRAPAG (Cercle de Réflexion et d'Action pour l'Avenir de la Guyane), Depuis le 10/12/2008, je suis le Secrétaire Général du Parti Progressiste Guyanais (PPG). Mon ambition est l'élévation de la conscience collective
  • Contact

Recherche

24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 04:16

(Pleurons Iracoubo et Régina abandonnées)

Encore un exemple qui montre que les normes et les valeurs d’une société dépendent de son ancrage dans son environnement. Autrement dit, sa dimension culturelle résulte de la dynamique du mouvement qu’elle crée et de la qualité de son système d’action.

Certainement, lorsque le législateur a décidé de distinguer les villes de plus de 3500 habitants de celles de moins de 3500, il ne pensait qu’à la taille de la population communale. Il ne pouvait penser un instant que la République distinguerait la population en citoyens des villes et citoyens des campagnes sur le plan de leur structure mentale. Sur le territoire hexagonal, ils bénéficient tous de la même culture historique de leur communauté spatiale et sociétale. En ce sens, la distinction voulue par le législateur n’est pas en adéquation avec l’environnement guyanais à cause essentiellement de l’aliénation. Par suite, ce mode de scrutin a toutes les chances de produire ce type de résultat.

On ne peut imposer à la Guyane les mêmes variables qui fondent les sociétés industrielles. Elle fut esclavagiste, colonie et assimilée par la départementalisation centralisée. Il s’ensuit que la culture émotionnelle est très présente dans notre environnement. D’autre part, l’imaginaire de certains est nourri par le mimétisme. Nombre de ces parvenus ignorent l’histoire de leur territoire. A preuve, s’ils en étaient conscients, ils auraient apporté leur contribution à la première femme Amérindienne maire d’une commune de Guyane dans sa fonction d’exécutif municipal. Ils préfèrent lui faire la guerre car ils n’ont qu’une ambition, être « Calife à la place du Calife» La population d’Iracoubo doit en tirer les leçons. Ce qui vient d’être fait est une insulte à notre histoire commune et à l’altérité.

En ce qui concerne Régina, c’est le raisonnement déductif, variable d’un espace intellectuel qui se heurte à l’absence de raisonnement. C'est-à-dire l’incapacité de faire la part des choses. Ca sent la manipulation, ça sent le complot. C’est le deuxième exercice de la mandature qui dure six ans. Peut-on à ce point prendre en otage les citoyens d’un territoire ?

Ici comme à Matoury, les élus ayant failli au regard de leur légitimité, le Préfet, haut fonctionnaire de l’Etat devra exécuter le budget sur fond de recommandation de la Cour des Comptes. Pourtant, il n’y a aucune argumentation objective sur l’élaboration des différents budgets et comptes administratifs. Les élus ont décidé de boycotter les budgets et comptes administratifs sans aucune raison technique, politique et sociale. Selon le peu d’éléments qui m’est parvenu pour le moment, la commune d’Iracoubo aurait même réduit ses charges de manière significative. Comme à Matoury, les querelles individuelles ont pris le pas sur la responsabilité collective.

Il apparaît urgent que les citoyens se prennent en charge et s’approprient la question politique. La Guyane est un sous-système qui dépend d’un système qui est nettement plus complexe que lui. Là est l’origine de l’incohérence de notre société. La  souffrance du territoire guyanais est structurelle car, elle est amputée de sa dimension économique, politique, sociétale et culturelle. Il y a tant d’énergie à consommer dans l’utile, l’efficacité, la recherche de la cohérence que ce spectacle qui nous est offert est affligeant.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires